La signalisation routière selon le code de la route

La signalisation routière est un élément essentiel pour garantir la sécurité des usagers et assurer une circulation fluide. Elle permet d’informer, orienter et réguler les comportements des conducteurs et piétons. Cet article vous présente les différentes catégories de signalisation routière prévues par le code de la route et leurs rôles spécifiques.

Les différents types de signalisation routière

Le code de la route définit plusieurs catégories de signalisation routière, chacune ayant un objectif particulier :

  • Signalisation verticale : elle regroupe les panneaux de signalisation, qui informent et orientent les usagers. On distingue plusieurs types de panneaux : réglementation, prescription, indication, direction et jalonnement.
  • Signalisation horizontale : il s’agit des marquages au sol, tels que les lignes continues ou discontinues, les flèches directionnelles, les passages cloutés ou encore les cases réservées aux véhicules prioritaires.
  • Signalisation lumineuse : elle comprend les feux tricolores, les feux de signalisation spécifiques (feux clignotants, feux à éclats) et les balises lumineuses (panonceaux rétroréfléchissants).
  • Signalisation temporaire : elle est mise en place lors de travaux ou d’événements exceptionnels pour informer et guider les usagers (panneaux de déviation, balisage de chantier).
  • Signalisation routière liée aux équipements : il s’agit des dispositifs complémentaires à la signalisation, tels que les barrières de sécurité, les glissières ou les bornes kilométriques.

Les panneaux de signalisation verticale

La signalisation verticale est composée de panneaux qui informent et orientent les usagers. Ils sont regroupés en plusieurs catégories :

  • Panneaux de réglementation : ils imposent une obligation ou une interdiction aux conducteurs (arrêt, stationnement, vitesse…). Ils sont généralement de forme ronde avec un fond blanc et un pictogramme noir entouré d’un liseré rouge.
  • Panneaux de prescription : ils indiquent une recommandation ou une autorisation spécifique (voie réservée aux bus, sens unique, priorité à droite…). Ils sont généralement triangulaires avec un fond blanc et un pictogramme noir entouré d’un liseré rouge.
  • Panneaux d’indication : ils fournissent des informations utiles aux usagers (distance, services, itinéraires touristiques…). Ils sont généralement carrés ou rectangulaires avec un fond bleu ou vert et un pictogramme blanc.
  • Panneaux de direction : ils guident les conducteurs vers leur destination en indiquant les directions et distances. Ils sont généralement rectangulaires avec un fond bleu ou vert et des lettres blanches.
  • Panneaux de jalonnement : ils signalent la présence d’un itinéraire spécifique (route nationale, autoroute, véloroute…). Ils sont généralement carrés ou rectangulaires avec un fond bleu, vert ou rouge et un pictogramme blanc.

Les marquages au sol de la signalisation horizontale

La signalisation horizontale est constituée de marques tracées sur la chaussée pour délimiter les voies de circulation, indiquer les directions, les arrêts et les stationnements :

  • Lignes continues : elles séparent les voies de circulation dans le même sens et interdisent le dépassement ou le changement de voie. Elles doivent être franchies uniquement en cas d’extrême nécessité (urgence, obstacle).
  • Lignes discontinues : elles séparent les voies de circulation dans le même sens et autorisent le dépassement ou le changement de voie. Elles peuvent être franchies lorsque la visibilité est suffisante.
  • Flèches directionnelles : elles indiquent la direction à suivre aux intersections et aux bifurcations.
  • Passages cloutés : ils matérialisent la traversée des piétons sur la chaussée. Les conducteurs doivent céder le passage aux piétons engagés ou sur le point de s’engager sur ces passages.
  • Cases réservées : elles sont destinées aux véhicules prioritaires (bus, taxis, véhicules d’urgence) et ne peuvent être empruntées par les autres usagers.

La signalisation lumineuse et les feux de circulation

La signalisation lumineuse est composée de feux tricolores et de feux de signalisation spécifiques pour réguler la circulation :

  • Feux tricolores : ils indiquent l’arrêt (rouge), l’attente (orange) ou le passage (vert) aux intersections. Les conducteurs doivent respecter ces indications pour assurer la sécurité et la fluidité du trafic.
  • Feux clignotants : ils signalent un danger ou une obligation particulière (céder le passage, arrêt obligatoire). Ils sont généralement orange ou rouge.
  • Feux à éclats : ils indiquent la présence d’un véhicule prioritaire en intervention (pompiers, police, ambulance) et imposent aux autres usagers de céder le passage.

La signalisation temporaire et les équipements routiers

La signalisation temporaire est mise en place lors de travaux ou d’événements exceptionnels pour informer et guider les usagers. Elle comprend des panneaux de déviation, des balisages de chantier et des dispositifs spécifiques pour assurer la sécurité des travailleurs et des usagers.

Les équipements routiers sont des dispositifs complémentaires à la signalisation, tels que les barrières de sécurité, les glissières ou les bornes kilométriques. Ils ont pour objectif d’améliorer la sécurité et le confort des usagers tout en facilitant la gestion du réseau routier.

En résumé, la signalisation routière est un élément clé du code de la route qui contribue à garantir la sécurité et la fluidité de la circulation. Elle se décline en plusieurs catégories (verticale, horizontale, lumineuse, temporaire, équipements) et répond à des objectifs spécifiques d’information, d’orientation et de régulation des comportements sur la route. Il est essentiel pour chaque usager de bien connaître et respecter cette signalisation afin d’éviter les accidents et infractions.