Les clés pour bien pratiquer la voyance

Connaître son avenir est le graal pour tout le monde. À cause de cette envie de plus en plus grande, l’activité de voyance ne cesse d’augmenter. Vous souhaitez pratiquer la voyance ? Vous avez certainement besoin de quelques astuces pour démarrer votre activité. Quelle est la réglementation qui l’encadre ? Quel statut prendre ? Quelles sont les obligations d’un voyant ?

La qualification à avoir pour devenir un voyant

Même au plus profond de vous vous souhaitez  de vous prédire l’avenir de tout le monde, cela ne sera pas possible sans un minimum de compétences. Vous n’avez pas besoin d’un diplôme d’État. En revanche, la maîtrise des arts divinatoires est importante. C’est un art qui se transmet de génération en génération. Pour l’acquérir, tournez-vous vers un voyant plus expérimenté. Grâce à ses plusieurs années de pratique, il peut vous aiguiller sur les différentes techniques pour bien prédire l’avenir de vos clients.

De nos jours, il existe des cours de voyance qui vous enseigne les éléments à savoir pour pratiquer cette activité. Ils servent surtout à vous initier au différent support divinatoire. En fonction de votre souhait, vous pouvez apprendre à utiliser les lignes de la main, les cartes, les matériaux naturels, les miroirs ou la boule de cristal.

Les règles pour pratiquer la voyance

La seule règle est de déclarer votre activité. La voyance fait partie des professions libérales. C’est pourquoi elle nécessite un statut juridique pour être reconnue. Il est bon de préciser qu’un voyant n’est pas soumis à une obligation de résultat. C’est un métier qui se pratique en entreprise. Vous créez alors un cabinet de voyance. Certains professionnels optent pour l’auto entreprise pour jouir des différents avantages de ce statut. Certains choisissent le statut de SASU ou d’EURL qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

La voyance est une activité libre même si auparavant, l’article R34-7 de l’ancien Code pénal pénalise les personnes qui la pratiquent. En revanche, un voyant ne peut pas exercer la médecine. En d’autres termes, il ne peut utiliser sa pratique pour soigner ou guérir ses clients. Il a l’obligation d’informer ses clients sur le caractère non médical de son activité. Dans le cas contraire, il peut encourir des sanctions.

Booster votre activité avec des publicités

Il est possible de faire de la publicité pour faire connaître votre activité de voyance. Vous pouvez user de tous les supports disponibles pour gagner en visibilité et en notoriété. Sauf que dans votre communication, vous ne devez pas oublier d’informer le caractère non médical de votre activité. Vous êtes également tenue d’inscrire avec transparence votre tarif. En effet, si vous ne vous mettez pas transparent, les clients peuvent facilement vous taxer d’escroc.

Mais ce qui rend une activité de voyance très populaire est votre faculté à donner un résultat à vos clients. Si vous avez bien utilisé l’art divinatoire, le bouche-à-oreille est suffisant pour acquérir de nouveaux clients. Certains professionnels choisissent cependant de créer un site internet ou de placer de petites annonces. N’oubliez pas d’y placer un contact rapide pour que vos clients puissent vous joindre facilement.

Assurer les consultations

Pour ne pas être taxé de charlatan, il est important d’assurer les consultations que vous donnez. Généralement, les clients choisissent soigneusement leur voyant pour assurer un résultat plus probant. C’est pourquoi, avant de prédire l’avenir de quelqu’un, il est indispensable de vous mettre dans les bonnes prédispositions.

  • Créez un environnement qui éveille bien votre sixième sens. Préparez bien également votre psychologie ainsi que celle de vos clients.
  • Vous devez être dans un bon état d’esprit. Quelle que soit la situation de votre client, il est important d’éviter la négativité.
  • Une dernière chose, mettez l’accent sur le caractère de prédiction de votre activité. En d’autres termes, rien n’assure qu’il se réalise.